dimanche 19 octobre 2008

Anne | Sur le chemin de l'école 1


|


 ANNE 
;
........................
Huit heures du matin.
Devant l'entrée du Corbusier, la Maison du Fada comme on l'appelait à l'époque.
.
Ce paquebot, sorti de terre entre une ferme et deux petits châteaux, était loin d'avoir la notoriété qu'il allait acquérir au fil des ans.
;
.
En 1955, comme on le devine sur le reflet des portes vitrées, il n'y avait que de vieilles maisons en haut de la petite côte où commençait notre trajet. 
 .
Le premier obstacle était la ferme et son chien de garde.
J'en avais une peur bleue, bien qu'il soit attaché et n'ait jamais mordu personne.
Je fonçais droit devant sans me retourner, essayant de rester sourde à ses aboiements furieux.

.
L'avenue de Mazargues faisait l'objet de recommandations paternelles et maternelles répétées
Regardez bien à gauche, à droite et encore à gauche et surtout ne vous lâchez pas la main.  
 .
Mais nous, nous avions hâte de traverser pour aller devant la cartonnerie.
Chaque matin, il y avait sur le trottoir un tas de trésors dans lequel nous plongions les mains avec délices.
.
Des friselures de carton ondulé qui se transformaient en couronnes. Des morceaux de toutes formes qui pouvaient devenir épée, voiture ou bateau  selon notre inspiration.
 .
Ensuite on continuait à droite par le boulevard Verne. 
Là était le deuxième obstacle. La Maison du Loup ! 
C'était une maison inhabitée depuis longtemps.  
Ses carreaux cassés, ses fenêtres et sa porte étaient recouverts de toiles d'araignée. 
J'ai oublié lequel de nous trois lui avait trouvé ce nom. 
Je crois que nous adorions nous flanquer la frousse mutuellement. et ensuite 
Et ensuite nous nous laissions prendre au jeu.  
Pour ne pas le réveiller, nous restions à distance sur le trottoir d'en face, en marchant sur la pointe des pieds, sans dire un mot... 
 .
Heureusement, très vite c'était la rue Thieux !


.

.

;

Aucun commentaire: