vendredi 1 octobre 2010

Nicole | Sur un rayon de lune.


NICOLE
|........................



Tout là bas, il est un chemin qui s'enfuit dans la bruyère
Donnes moi encore ta main
pour que la vie soit moins amère....





Le sentier de la colline est escarpé, mes espadrilles neuves glissent sur les cailloux.
Aujourd'hui, le soleil est écrasant sous le ciel bleu de juillet
et l'air empli du chant assourdissant des cigales m'enivre .
Tout est parfum et couleur.
Et pourtant, je ne vois plus rien, je n'entends plus rien .
Tout devient flou!
le temps s'efface, le temps se fige.
Subsiste seulement le tumulte de mes pensées et les battements de mon coeur.

Je reviens de la Croix, celle qui est perchée tout en haut de la colline.
je suis à Beaumont de Pertuis comme toutes les autres années pendant les vacances scolaires.
Mais celle ci sera différente.

Nous marchons maintenant tous deux en silence
une tendresse infinie passe entre nos mains réunies.


Tout là haut , nous avons imaginé...
Un simple trou entre deux buissons !
c'est devenu la porte du centre de la terre
et nos oreilles collées contre le sol rocailleux
ont perçues le grondement sourd des battements de nos coeurs.


Pour me rassurer, Pierre a pris ma main
il ne la lâchera seulement qu'une fois arrivé au bas du sentier
C'est notre secret!


Ce soir, après le repas
alors que nos parents partiront jouer aux cartes avec leurs amis
nous irons  sur le banc, au bout du village.
Assis côte à côte , ma main dans la sienne
nous regarderons les étoiles briller
nos coeurs à l'unisson, sans un mot superflu
nous rêverons notre vie
l'espace d'un instant,
l'espace d'un été.
___________________________________
En ces temps là
Nous avions quatorze ans.
C'était hier.


"Sur un rayon de lune j'ai vu ton visage
tu étais si loin dans ce ciel tout noir
Je tendais les bras vers ce beau mirage
mais j'étais trop petite pour aller vers toi
________________________________________
Sur un rayon de lune j'ai vu ton sourire.
Il était si clair il était si doux .
Je voulais l'emporter comme une belle image
mais j'étais trop petite pour aller vers toi
_____________________________________
maSur un rayon de lune, j'ai vu ton chagrin,
tu étais si triste dans ce ciel tout noir
Je tendais mes lèvres pour baiser tes larmes
mais j'étais trop petite pour aller vers toi .

Alors j'ai voulu m'enfuir loin du rayon de lune 
Pour ne plus voir ton chagrin, ni entendre ta voix 
Mais si je suis trop petite pour aller vers toi 
Mon Amour est si grand qu'il va  jusqu'à toi ."



A Pierre ...mon Ami.
Nicole.







7 commentaires:

Anonyme a dit…

Nicole
Comme ton rayon de lune est familier, nous l'avons toutes connues un jour, le cœur battant au rythme de nos premières amours.

Tout semblait simple alors. Nous ne savions ni l'un ni l'autre, que le monde des grands est semé d'embuches, sur lequel viennent s'échouer les barques de nos rêves d'adolescentes.

Tu réveilles si bien les tendres souvenirs de ce temps où nous n'imaginions pas notre avenir. Il était LA.
Sophie

eva a dit…

Un blog délicieux, avec un parfum de désuétude bien agréable... Beaucoup de soin dans les textes et la présentation des photos...

Anonyme a dit…

Trés Chére,
Je te remerçie beaucoup pour ces souvenirs, mais, hélas, j'étais trop benet pour ouvrir les yeux et essayer de te déclarer ma flamme.
Maintenant, nous avons fait notre vie , chacun de notre coté, hélas.
Mais bon......
Pierre

Sur les traces de notre enfance a dit…

Sophie
Oui tu as raison ! nous ne savions rien.
Tout était neuf, tout était beau, tout était pur, nous découvrions la vie et nous pensions alors qu'il en serait toujours ainsi.

Nicole

Sur les traces de notre enfance a dit…

Merci Eva d'être venue te balader dans le monde de notre enfance
A bientôt.
Nicole

Kenza a dit…

Très belle et heureuse année à vous deux Nicole et Anne!
Bisous, 2011 bisous

Anonyme a dit…

Nicole, Nicole, des souvenirs, des souvenirs, la pause est trop longue
à bientôt.
manouedith