lundi 9 février 2009

Nicole | Sur l'air de la vie en Rose


NICOLE





Quelques photos anciennes ,
quelques lettres d'amour ,
quelques cartes postales éparpillées,
dans une boite en carton jaunie,
voilà ce qu'il me reste de ma grand mère maternelle !
et puis cette chanson qu'elle fredonnait doucement
Quand il me prend dans ses bras, qu'il me parle tout bas
je vois la vie en rose...p







 Je l'ai très peu connue mais son visage m'est tellement familier !
sans doute parce que dans ses traits
je retrouve ceux de ma mère
et certainement un peu des miens.
f>ppppppppppppppppppppppppppppp
Je ne connais pas grand chose d'elle,
ni de son enfance, ni de sa jeunesse
j'étais  trop jeune lorsqu'elle est partie.
j'avais 7 ans !
f>pppppppppppppppppppppppppppp
C'est dans les yeux rougis de ma mère
que j'ai compris !
Plus jamais, je ne la reverrai ...

p Mon grand père était bel homme.
Je ne l'avais jamais remarqué !
J'étais sans doute aussi trop jeune
pour comprendre ma mère
lorsqu'elle me  le disait.
_________________________________
_______________________________________
_____________________________________























Son enfance fut très rude
dans ce village  du nord de l'Italie,
Orphelin 
à 10 ans   il gardait les moutons
pour subvenir aux besoins de sa famille.

Il n'avait pas beaucoup fréquenté l'école
mais il avait appris l'intelligence du cœur,
celle que l'on ne trouve pas dans les livres .

ff>ppppppppppppppppppppppppppppppppp
"Il me dit des mots d'amour, des mots de tous les jours
et ça me fait quelque chose "...

_____________________________
De mes deux grands pères 
c'est celui qui a cheminé le plus longtemps
à mes cotés .
j'avais  30 ans  lorsqu'il  nous à quitté.

Et puis même si la petite fille que j'étais n'avait pas bien tout compris
Pierre et Marie je vous dis Merci !
Car vous m'avez fait le plus beau des cadeaux
Ma Maman !
__________________

ff>PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPMPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP


" Il est entré dans mon cœur une part de bonheur
dont je connais la cause."
je vois la vie en rose ...
______________________________________________
Nicole.



Ce texte précède
la fête de Rose 

4 commentaires:

Anonyme a dit…

tu m'as émue...
tes récits sont comme les chapitres d'un livre.
j'espère qu'il n'aura jamais de fin...

Anonyme a dit…

C'est toujours étrange de voir des photographies de personnes d'une autre génération, à un âge inférieur au notre. Cela donne une sorte de vertige et rend tellement facile le voyage dans le temps.
Ces visages empreints de mystère m'incitent tout de suite à la rêverie.
J'entame avec eux un dialogue silencieux.
Bonjour, ravie de vous rencontrer et curieuse de vous connaitre, comment allez-vous ? Vous voulez bien me parler un peu de vous ?
Le plus souvent les vieilles personnes aiment raconter la vie d'avant.
Et ces voix depuis longtemps assoupies se remettent à
fredonner et à sourire à l'évocation de leurs souvenirs.
Cela grâce à une petite fille aimante qui a su si bien les faire revivre.
L'on ne meurt vraiment que lorsqu'il n'y a plus personne pour parler de vous.
Ne soyez pas inquiets... Vous avez quelqu'un...

Anonyme a dit…

De ma grand mère maternelle je n'ai que le souvenir d'une femme atteinte d'une terrible maladie: le Parkinson, avec des sequelles neurologiques et cérébrales importantes.
A la fin de sa vie elle était tellement devenue dépendante qu'elle etait devenue l'enfant de sa fille et avec moi qui n'était alors qu'une petite fille de 6 ans elle ne jouait plus le rôle protecteur d'une grand mère.
je ne pouvais pas comprendre cela , j'étais bien trop jeune...
Dans les affaires de ma mère j'ai retrouvée cette boite en carton et depuis ce jour ma grand mère n'a plus jamais eu ce visage de femme usée par la maladie que je connaissais mais les traits de cette jolie jeune Fille qui as eu des désirs et qui a été aimée.
Pour toujours maintenant elle aura ces traits...

Nicole

Anonyme a dit…

C'est aussi ça la magie de l'écriture. On raconte d'une façon forcément adouçie, on mélange deux souvenirs pour en faire un, on rêve sur une photographie et on imagine... et l'écrit s'imprime aussitôt dans la mémoire et devient plus vrai que le réel...
Anne